08/06/2010

Perpétuité

lederniersjour

La morale c'est ce machin à la con qui fait qu'on a mauvaise conscience. Alors, niveau morale, l'homme doit en avoir hérité une fameuse dose. Because mauvaise conscience, ben, il a toujours. Toujours quelque chose qui lui fout le remord. De pas avoir bien fait. D'avoir causé des dégâts. D'avoir blessé des innocents. Et ça, c'est pas vraiment confortable. D'accord, on pourrait s'en sortir sans trop d'égratignures avec des petites phrases à deux balles, genre "on ne peut pas faire le bonheur de tout le monde". Ou "le bonheur des uns fait le malheur des autres". C'est juste, mais c'est un peu court comme raisonnement. Un rien naïf aussi. Et en tout cas, totalement insuffisant pour s'alléger le coeur. Aaah évidemment, on pourrait tenter de jeter sa morale et sa conscience, la bonne, la mauvaise et toutes les autres si y en a, par-dessus bord. Se dire que c'est des trucs qu'on s'invente. Que se sont des règles qu'on s'auto-impose. Qu'y a pas de lois qui interdisent l'immoralité. Ou du moins, l'immoralité ordinaire, celle qui se vit au jour le jour. Style fraude aux sentiments. Style faux et usage de faux je t'aime. Style détournement d'émotions. Mais tout ça, c'est pas sa tasse de thé, à l'homme. Qui allait presque écrire hélas. Et qui, pour tant de crimes imaginaires, s'est vraisemblablement condamné lui-même, et depuis belle lurette, à l'expiation à perpétuité.

17:40 | Commentaires (10) |

Commentaires

Magasin de bricolage rayon chaines...
il y a aussi des cordes ;))
lol
j'ai aussi le numéro d'un excellent doc. en psycho.
bref
on n'est responsable que de soi et de ses actes, voire de ses démissions, le reste ne dépend pas de nous
alors voila quoi
ou t'arrete de te plaindre ou de t'auto-mutiler ou alors tu y remédies.
Le suicide reste encore la meilleure option à condition de ne pas se louper ;)))

Écrit par : imagine | 08/06/2010

Répondre à ce commentaire

morale Comme disait notre très cher Léo, le problème dans la morale, c'est que c'est toujours la morale des autres...
allez! arrête de te torturer ainsi bel ami...

Écrit par : isa | 08/06/2010

Répondre à ce commentaire

C'est clair que si l'Homme a abusé je cite "de style faux et usage de faux je t'aime", c'est vraiment très moche.
C'est vraiment blessant et irréparable pour la personne bluffée, et ses proches.
Et si tel est le cas, je comprend fort bien que l'Homme puisse en être à un stade d'auto expiation à perpetuité.

Écrit par : Une lectrice | 08/06/2010

Répondre à ce commentaire

L'homme est dans la conscience ...c'est sur que quelque chose ne va pas a plusieurs niveaux ... ca le ronge
Alors pret a se voir tel qu'il est VRAIMENT ? avec ses qualites et ses defauts, ses plus et ses moins, ses besoins et ses manques, ses non-dits et ses denis ? ses differences et indifferences ? ses blessures cachees et ouvertes ? son regard sur lui et les autres ? ses croyances et toutes ses histoires vraies ou imaginees ?
et tout mettre sur la table ? et trier ? et pleurer ? et rire ? et choisir une autre voie ... peut etre ? un autre depart !
Puisqu'Imagine connait un bon therapeuthe - encore qu'a mon sens il faut surtout "sentir le lien ' qui permet de debuter la relation, cad ne pas hesiter a faire des tests d'affinites en tout premier lieu ... mettre en place la confiance.

Écrit par : sugoisugoi | 09/06/2010

Répondre à ce commentaire

Bonjour... Un petit mot en passant ...
pour te souhaiter une merveilleuse journée...
avec un beau gros soleil dans ton coeur....

Coeurdenfant

http://coeurdenfant.skynetblogs.be

Écrit par : Coeurdenfant | 09/06/2010

Répondre à ce commentaire

sugoisugoi encore qu'a mon sens il faut surtout "sentir le lien ' qui permet de debuter la relation, cad ne pas hesiter a faire des tests d'affinites en tout premier lieu ... mettre en place la confiance..

Eh bien c'est quoi un test d'affinités ?
moi ça me rend curieuse ;)

Écrit par : imagine | 09/06/2010

Répondre à ce commentaire

Nous avons tous la prétention de croire que nous pouvons infuencer le destin des autres, de là sentiments de culpabilité et sens de responsabilité excessifs...
Pourtant, c'est chacun, pour soi personnellement, qui a cet ultime pouvoir de décision.
Si tu es heureux, je peux par exemple décider d'en être malheureuse, de te le faire savoir ou ressentir et de là me positionner en "victime" et de te transformer en "bourreau". Cela s'appelle de la manipulation, du chantage aux sentiments...on se croit obliger d'expier, et de "bourreau" on devient soi-même "victime".... Cercle infernal !
Certaines personnes ont vraiment une influence sur le destin des autres. Et celles-là en général sont jugées et mises en prison.

Écrit par : C | 10/06/2010

Répondre à ce commentaire

reponse a Imagine Imagine,
Faire une therapie c'est souhaiter activement s'ouvrir a soi meme et a autrui ... Parfaitement s'ouvrir et cela implique a mon sens une volonte, un besoin et un desir d'avoir une vision vraie sur soi meme dns un premier temps, ce qui n'est pas facile dans le principe (!!!).
Le choix de 'l'accompagnant' a ete pour moi une recherche active pour pouvoir -enfin et sans restriction, en pleine conscience et confiance - "me lacher" et "perdre le controle" pouvoir dire avec des mots, des larmes, des rires, mes ressentis, mes peurs mes hontes, mes petites et grosses horreurs, mes desirs, mes luttes, mes mensonges, mes derapages, mes questionnements, mes evitements etc ...
A l'origine, il m'a fallut rencontrer plusieurs psy pour pouvoir trouver celui qui avait la "bonne" approche pour me permettre de me livrer, de me faire lacher prise, de baisser mes defenses - si nombreuses -, afin de me montrer plus nue que nue ... Mes abysses inconnues.
Incroyablement et a ma grande surprise c'est un homme qui s'est revele etre l'ecouteur que je recherchais, un guerisseur de mon ame.
Bref il faut "sentir" l'ouverture, le lien entre le therapeute qui va permettre de pouvoir enfin se vider, se reveler ...donc se decouvrir et se redecouvrir sous un autre angle. Cette rencontre est essentielle, primordiale.
Parler, raconter, son soi intime, mettre en avant tout l'emotionnel d'une vie, est une experience que l'on ne peut pas partager avec n'importe qui et n'importe comment. Il me semble - c'et mon cas que le coeur doit etre implique
L'homme me semble etre aussi a vif que j'ai pu l'etre alternance d'exaltations et deprimes, questionnements perpetuels, deroutes et sensations de solitude ...
Pendant des annees j'ai remis cette experience a plus tard. Viens un moment ou tout est intenable et tout semble n'avoir aucun sens.
Alors, il est temps de faire le seul vrai voyage qui vaille le coup et decouvrir son monde interieur et y decouvrir une raison de vivre, d'esperer et de profiter avec integrite de chaque jour en etant en liberte dans sa tete, son coeur et son corps et d'integrer un environnement que l'on voit et aborde aussi differemment.

Écrit par : sugoisugoi | 10/06/2010

Répondre à ce commentaire

sugoisugoi tu m'a parlé de la rencherche de son "moi" intérieur...
tu ne m'as pas dit ce que tu entendzis par "tester l'autre" ou "la relation avec l'autre"
merci quand meme
ma curiosite n'a cependant pas été satisfaite ;)

Écrit par : imagine | 10/06/2010

Répondre à ce commentaire

Tout est bon dans le kochon :-)) JEANNETON

Jeanneton prend sa faucille
Larirette, larirette,

Jeanneton prend sa faucille
Pour aller couper des joncs
Pour aller couper des joncs

En chemin elle rencontre
Quatre jeunes et beaux garçons
Quatre jeunes et beaux garçons

Le premier un peu timide
Lui caressa le menton
Lui caressa le menton

Le second un peu moins sage
La coucha sur le gazon
La coucha sur le gazon

Le troisième, un intrépide
Lui souleva le jupon
Lui souleva le jupon

Ce que fit le quatrième
N'est pas dit dans la chanson
N'est pas dit dans la chanson

Si vous le saviez, mesdames,
Vous iriez coupez des joncs
Vous iriez coupez des joncs

La morale de cette histoire,
C'est que les hommes sont des cochons
C'est que les hommes sont des cochons

La morale de cette morale
C'est que les femmes aiment les cochons
C'est que les femmes aiment les cochons

On en tire de cette histoire,
C'est que sur quatre y'a trois couillons
C'est que sur quatre y'a trois couillons.

Écrit par : Sacha | 24/06/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.