18/05/2010

Cohabitation

CAROLIN%202

Pas évidente, la cohabitation avec Jade. Enfin l'hypothétique faisabilité d'une possible cohabitation éventuellement envisageable dans un futur incertain. Car on en est pas encore là, c'est clair. Même si, quelque part, ben, ça trotte tout de même dans la tête, hein, ce genre d'évolution. Et donc ce sera pas simple. Déjà qu'elle est plutôt cressonnette-laitue-roquette-et-autres-salades, alors que l'homme, lui, ne se sent pas, mais alors pas du tout, une vocation de lapin. Pigeon, à la limite, mais lapin sûrement pas. Déjà (bis) qu'en plus elle serait plutôt bio-santé-fruits-et-légumes-du-marché alors que l'homme fait résolument dans le cholestérol-moules-frites-avec-supplément-de-mayonnaise-à-volonté. Déjà (ter) que ni elle ni lui n'ont d'heure ni pour se lever, ni pour se coucher, ni pour aller au turbin ni pour en revenir. Déjà (quater) que Jade ne se voit pas en train de repasser les chemises de l'homme because il en change tous les jours et l'homme pas en train de faire reluire le carrelage de Jade because elle n'a pas que ça à faire tous les jours non plus. Non non, délicat tout cet exercice de coordination, de synchronisation et autres mises en phase et en concordance. D'autant que entre concorde et discorde y a souvent qu'un pas, hein. Ah bon !            

17:58 | Commentaires (9) |

Commentaires

... :=))))))

Écrit par : isa | 18/05/2010

Répondre à ce commentaire

..... :=))))))))))

Écrit par : C | 18/05/2010

Répondre à ce commentaire

Eh, oh ! C'est pas obligatoire non plus la cohabitation !
Vous n'êtes plus à l'âge où on fonde une famille avec bébés et tout le toutim !
Alors, tes chemises, tu peux les porter à la blanchisserie, comme le reste de ton linge d'ailleurs ! Pas la peine de nous faire croire que t'en as pas les moyens.
Perso, je préfère ne partager que les bons moments et garder mon indépendance pour la gestion du "quotidien" (tu sais, celui qui "tue" le "couple").
Bref, pas de précipitation !!!

Écrit par : Marirose | 19/05/2010

Répondre à ce commentaire

p'tet ben qu'oui p'tet ben qu'non .., j'chai pas ahahahah j'adore la prise de tete existentielle flagrante pour l'avenir incertain qui semble peut etre se preciser ...
un bel exemple typique !
Bon allez, qui vivra verra ...

Écrit par : sugoisugoi | 19/05/2010

Répondre à ce commentaire

"Au diable les maîtresses queues qui accrochent les coeurs aux queues des casseroles"...

Écrit par : Georgio | 19/05/2010

Répondre à ce commentaire

@ Georgio La tite phrase, serait-elle pas de Brassens, des fois ?

Écrit par : Un homme | 19/05/2010

Répondre à ce commentaire

Si si...

Écrit par : Georgio | 22/05/2010

Répondre à ce commentaire

Le gout de vivre A ce qu'il parait, ce sont nos frustrations qui nous rappellent que nous sommes vivants.....

Écrit par : Sacha | 25/05/2010

Répondre à ce commentaire

A Sacha Au théâtre j'ai appris et expérimenter le contraire. De même je dis qu'il n'y a pas de liberté sans contrainte parce que la liberté EST la seule contrainte. Et ça change tout. De plus, aujourd'hui la plupart des gens ignore sous quel poids de culpabilité la société les enferme, alors leur dire qu'il faut qu'ils acceptent leurs frustrations c'est comme les traiter en irresponsables qui doivent marcher au pas et non apprendre à penser fondamentalement par eux-même. Quand je ne suis pas frustrée je me sens d'autant plus vivante et proche des autres, l'inverse m'inhibe et me mets en rogne.

Écrit par : Marie | 26/05/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.