30/04/2010

Eclipse

eclipse_08

L'autre soir, Jade souhaitait rester seule. Voulait du temps pour soi. Rien qu'à elle. Alors l'homme, la nuit venue, est parti arpenter les rues désertes de son patelin. Comme avant. Du temps où il errait, esseulé, dans son maquis. Où il pataugeait en solo dans son marais. S'est dit qu'en fait, qu'on soit en couple, qu'on ait une relation, qu'on connaisse un amour fusionnel ou un électron libre style Jade, ben, en fin de compte, on est toujours, quelque part, tout seul. Tout seul face à ses problèmes. Tout seul face à ses sentiments. Tout seul face à sa vie. C'est que la solitude est à jamais gravée dans le destin des hommes (h/f). Une sorte de mauvais sort originel. D'ailleurs, selon la mythologie, le mythe de Cellophane ou Aristophane ou un truc du genre, au départ, l'humanité était carrément androgyne. Ce n'est qu'après avoir fait l'une ou l'autre connerie contre Zeus que celui-ci, un rien fâché, la sépara en hommes et femmes. Et Adam et Eve, c'est un peu la même histoire. Puisque Eve, en fin de compte, a été créée à partir d'une côte d'Adam, si bien qu'avant ça, ben, ils partageaient en quelque sorte, eux-aussi, le même corps. Bref, tout ça pour dire qu'au final, ce n'est que dans les paradis charnels, quand les corps s'unissent et que les émotions se fondent, qu'on retrouve, l'espace d'un instant, cette plénitude perdue. Et qu'il y a comme une éclipse totale de la solitude. C'est aussi ce qui fait dire à l'homme qu'y a pas plus solitaire que Don Juan. 

13:19 | Commentaires (13) |

28/04/2010

Reportage

12865

Ce soir, un reportage en direct du coeur de l'homme. Ou de ce qu'il en reste. Because l'homme a comme le sentiment de couler. Comme ça, tout à coup. Et il sait pas pourquoi. Y a pas de raison raisonnable. Pas d'explication explicative. Et en plus il sait pas comment arrêter cet espèce de naufrage à la con. Cette sorte d'insensibilité généralisée qui l'envahit, comme l'eau les poumons du mec qui prend la tasse. Enfin, la tasse... chez l'homme c'est plutôt une baignoire qu'il prend. A comme une inenvie générale, le gars. Une inénergie totale. Et ça tombe mal. Because Jade, elle, elle est adrénalisée jusqu'à la moëlle. S'est achetée un machin qui compte son pouls et un autre qui compte ses pas. A décidé de griller ses graisses. De bouger ses fesses. De faire de la marche, de sauter à la corde et plein d'autres singeries du genre. Est partie se promener. Va revenir dans pas longtemps. Enverra un SMS. L'homme descendra la voir. Mais pas trop longtemps. Car elle va dormir tôt. Doit se lever demain à 5h30. Meeting, conference call, retroplanning, reporting, deadline et blablabla... Pour l'homme, qui est un mec qui cherche tout connement à se poser, ben, c'est pas gagné.     

20:14 | Commentaires (7) |

26/04/2010

Île

Plage%20sable%20blanc%20eau%20T

Une femme est une île où un homme, par les hasards de la vie, vient à s'échouer. Une île inconnue où il a tout à découvrir. Bien sûr l'éclat de ses plages de sable blanc, l'ombre de ses quelques palmiers, le doux clapotis des eaux turquoises qui viennent s'assoupir sur ses rives. Mais aussi, plus à l'intérieur, des forêts tropicales toujours plus denses, toujours plus luxuriantes, toujours plus inextricables. Et plus loin, des chaînes montagneuses, volcaniques, enveloppées dans des brumes éternelles. Des terres à jamais mystérieuses. C'est peut être ça que l'homme fascine tant chez une femme et qu'il ne trouve pas chez Jade, le mystère. Chez Jade, what you see is what you get, comme on dit dans le business. Ce que vous voyez est ce que vous obtenez. Et Jade montre tout. Et dit tout. La dentelle, c'est pas son genre. Quoi que, quoi que... mais bon, ça c'est une autre histoire... L'homme va pas rentrer dans le détail de ses dentelles quant même hein, ah bon ! Non mais !            

15:13 | Commentaires (2) |

25/04/2010

Commedia dell'arte

RNBAD00Z

Alors hier soir, Jade, l'homme et les autres se sont retrouvés au resto. Autour de la table, aucun couple classique. Tous et toutes, sans exception, divorcés ou en instance, séparés, seuls ou ensemble mais vivant à part. Ressemblaient étrangement à un groupe de rescapés, juste après un accident d'avion. Très bizarre. Et donc, comme il convient, l'homme a joué les enjoués. S'est appliqué à être décontracté. Tellement qu'une fois chez lui, il avait mal partout, tellement il était contracté. C'est que dans ce genre de situation tout le monde s'efforce de, se sent obligé de, se doit de. Faut absolument être heureux, joyeux, spiritueux (je sais je sais, faut écrire spirituel mais j'ai mis spiritueux en exprès, juste pour la rime et le rythme du machin. Licence poétique, que ça s'appelle. Ou un truc du genre). Et donc, en fait, c'est le style de circonstance où personne n'est vraiment ce qu'il est. Et l'homme a horreur de ça. Lui donne mal au ventre, ça. Le rend malade. Nauséeux. Si bien qu'au final, le meilleur moment de la soirée a été celui où, au milieu de la nuit, il a retrouvé, enfin, le silence de sa chambre.   

18:24 | Commentaires (5) |

24/04/2010

Naaan

125445281Sortie1

Donc Jade a prévu une petite soirée avec un petit resto, ce soir, avec quelques copines à elle et leurs Jules de service. Et Jade de demander si, des fois, comme ça, par hasard, l'homme n'aurait pas envie de se joindre à eux. Et donc l'homme de freiner des quatre fers. Because pas vraiment enthousiaste, le mec. Aaah Jade, c'est sympa de penser à moi, mais naaan, suis fatigué. Non Jade, vraiment, c'est chouette de m'inviter, mais naaan, me suis tapé une semaine d'enfer, faut que je débranche, moi. Non Jade je t'assure, c'est gentil d'insister, mais naaan, ai besoin de récupérer, tu comprends. Et donc, ben... l'homme les accompagne. Aaah décidément, il est nul avec les femmes. D'ailleurs, puisque on parle de Jade, y a dans cette relation quelque chose d'indéfinissable qui fait défaut. Et qui fait que l'homme appréhende, sans réellement en connaître la raison, qu'elle n'est pas de nature à durer. D'où une vague inquiétance, voire même une certaine méfiétude...        

16:05 | Commentaires (2) |

22/04/2010

Supermarché

h-3-1068094-1249635610

Samedi dernier, en début de soirée, Jade et l'homme se sont tapés le Delhaize ensemble. Elle lui a dit que ça faisait des années que ça ne lui était plus arrivé, le supermarché avec quelqu'un à ses côtés. Même alors qu'elle était encore mariée. L'homme comprend tout à fait. C'était du kif pour lui. Alors évidemment, d'un côté, il s'est trouvé un rien con, à pousser derrière elle une charrette à la con, entre des rayons à la con, comme tous ces schpountz à la con derrière leurs nanas à la con, et qui d'ailleurs le faisaient toujours marrer tant il les trouvait pathétiques. Voire même un rien émasculés. Genre pantoufle. Style lavette. Et qu'il regardait donc hilare, l'oeil goguenard, un petit rire moqueur, là, quelque part. Alors que maintenant, ben, c'était lui, dans le rôle du schpountz. D'un autre côté... d'un autre côté... ben... il a trouvé ça pas mal. Il a même trouvé ça... ben ouais... disons-le franchement... plutôt chouette. A deux, tout change.    

20:10 | Commentaires (4) |

20/04/2010

Energie

L'homme prévient tout de suite, aujourd'hui il a rien d'intéressant à scribouiller. Autrement non plus d'ailleurs, mais ça c'est une autre histoire. Au moins il essaie. Et donc today, ben, il fera même pas l'effort d'essayer. Pas le temps et pas l'énergie. Because business. Réunions, conflits, deadlines et comme si ça suffisait pas, son boss qui lui met la pression que c'est pas beau à voir. Résultat, l'homme râle, fulmine, s'emporte et met la pression sur les autres que c'est pas beau à voir. Ce qui est curieux avec la pression, c'est que, que tu la subisses ou que tu la mettes, ben, dans les deux cas, ça te bouffe juste autant d'énergie. Le boss attend du résultat de l'homme, d'où consommation d'énergie, et l'homme attend du résultat des autres, d'où rebelote, consommation d'énergie bis. Mais bon allez, on va pas en faire une macédoine, hein, comme on dit en Macédonie. Mieux encore, on va se la jouer cool. Et vite fait, en plus. Zyeutez et zoreillez-moi cette vidéo. Aaah, ça fait du bien par où ça passe, hein...  

19:59 | Commentaires (1) |