07/04/2010

Callosité

0X_62222_8139

L'homme n'irait pas jusqu'à dire, comme Léo Ferré, qu'avec le temps, va, tout s'en va, ça non. Tout s'en va, c'est quand on claque. L'homme dirait plutôt qu'avec le temps, tout ralentit, s'attiédit, se tempère. C'est que le tissu des jours est souvent rêche et qu'à la longue, à force de s'y frotter, on attrape comme des cors au coeur. Des cals tout plein à l'intérieur. Une callosité généralisée. Ce qui fait que les pics sur notre cardiogramme sentimental se font plus rares et moins abrupts. Les accélérations de la passion, moins fulgurantes. Les pointes sur les graphiques de nos bonheurs, plus érodées. Avec les années, une certaine modération s'insinue imperceptiblement en nous. Un suintement insidieux par les pores cachés de l'âge (non mais, disons-le franchement, sur cette petite phrase, l'homme frise carrément la géniosité littératuresque, non ? Ah bon...). Alors il faut absolument rester alerte. Because entre modération et médiocrité, y a pas des masses de différence.    

19:34 | Commentaires (1) |

Commentaires

Oui, c'est assez vrai je trouve, que modération va avec médiocrité. En fait, je suis un peu bloquée avec ton histoire de fille d'en bas. Je ne la connais pas, je ne sais pas si tu es belge ou non, je ne sais pas qui tu es ni à quoi tu joues. Je trouve que (verbiage littératuresque à part) tu as une foutue belle manière d'écrire. Tu affiches ce blog, j'en conclue donc que tout le monde a le droit de le visiter. Je suis agréablement surprise par la langue que tu parles, et au bout d'un moment, je me retrouve coincée (ou piégée?) dans une histoire qui vire d'un bord à l'autre et qui ne se décide pas à naître d'une manière ou d'une autre. Je m'en mêle aussi anonymement que l'homme se plaque anonymement sur ces pages. Et puis, je suis embêtée et empêtrée, énervée même. Non pas parce que l'homme ne montre pas son géni à tout bout de champs, ça, je peux le comprendre, mais parce qu'il m'a emmenée, accrochée avec son histoire et que je la vois se perdre dans des sables mouvants qui nuisent à ma lecture. Et oui, je suis peut-être une lectrice tyrannique! Mais je crois que la vie est intimement liée à l'art (même si ce blog n'est pas sensé être de l'art). C'est quand même un endroit où je me suis arrêtée, à tord peut-être, mais c'était ouvert.
ciao,
Marie

Écrit par : Marie | 09/04/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.