24/03/2010

Frangine

ramonage-compl_02

Hier, l'homme a téléphoné à sa frangine. Sa vraie frangine. Sa soeur. Son unique soeur. Sa grrrraaaannnde soeur. La petite veinarde qui se les roule pour l'instant dans le sud de la France française. Est d'ailleurs tombé à un moment un rien inopiné, l'homme, avec son intrusion téléphonique. Because le ramoneur était justement là, chez elle. Savait pas qu'on appelait ça comme ça, maintenant, un ramoneur... enfin bon... l'homme veut en aucun cas s'immiscer dans la vie privée de sa soeur et donc, sur ce coup, il restera discret et s'abstiendra de tout commentaire à cinq balles... Ceci dit, elle s'était un rien alarmée, là dernièrement, à la lecture de ce que l'homme avait scribouillé l'un ou l'autre soir de noirceur où il était tellement noir à l'intérieur qu'il aurait tout aussi bien pu écrire en lettres noires sur le fond noir de son blog. Sauf évidemment que la lecture n'en aurait pas été facilitée. Ce qui en soit n'aurait pas été une perte immense, d'accord, mais tout de même. Brèfle, elle s'était inquiétée du ton un rien suicidaire du machin. Et donc l'homme clarifie. Meeuuuh non, il est pas suicidaire. Et s'il se suicide, c'est promis, il fera attention. Se pendra pas à une corde mais à un élastique. Se flinguera uniquement avec un pistolet à eau. Ne sautera que de la fenêtre du rez-de-chaussée. Et puis d'ailleurs, l'homme le dit et le redit, voire même, le répète, même si c'est sincère et certifié vrai et conforme, ce qu'il tapote sur ce clavier à la con n'est que le reflet d'un moment. Et comme tout le monde sait, la caractéristique la plus caractéristique d'un moment, c'est qu'il est momentané. Mais bon, touchant quant même, de veiller sur le petit frère. Et m'escuse pour l'inquiétude, hein. 

12:33 | Commentaires (1) |

Commentaires

passage C'est pas joli joli ces histoires de ramoneurs... Mais j'aime vraiment ta pêche, ton humour et ta poésie furtive. Je ne vais pas m'étendre mais quand même, c'est agréable de trouver un homme virtuel qui se promène tranquille sur la toile où je me ballade aussi. Agréable et c'est tout, c'est bon et pourquoi pas, hein?! Il n'y a pas de mal à plaire aux femmes, ni à aimer les hommes qui sont homme et eux-même
Arrivederci
Marie

Écrit par : Marie | 24/03/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.