12/03/2010

Alors

sensualite

Alors c'est l'homme qui est en réunion à l'autre bout de la ville et la femme d'en-bas qui lui envoie un SMS. Elle est au Crown Plaza, un hôtel en plein centre. En séminaire. Pour savoir s'il la rejoint. C'est l'homme qui a rien. Rien à cirer. Rien devant lui. Rien pour la soirée. Qui dit que c'est ok. Ce sont eux qui se retrouvent au bar. Qui ne se sont plus vus depuis des jours. Qui jouent avec les mots. Avec les attitudes. Avec les gestes. Ce sont eux qui rentrent chez eux. C'est lui qui se retrouve dans son appart à elle. C'est la bouteille de vin qu'ils ouvrent. C'est le canapé. C'est des silences. C'est des regards. C'est des mains, bes bouches, des lèvres, des peaux. C'est la totale. C'est tout. C'est l'homme qui, après, se retrouve dans son appart à lui. Qui se demande ce qui lui est arrivé. Ce qu'est la passion. Ce qu'est l'amour. Le sexe. Le désir. L'envie. La convoitise. La luxure. Tellement de choses, de trucs, de machins avec des points d'interrogations derrière. Et tellement pas de réponses. Tout ça, c'était l'autre jour. Enfin, l'autre soir. Celui où l'homme n'a rien écrit. Et au lendemain duquel une frangine, dans son commentaire, lui a demandé s'il avait survécu la nuit. Ben oui, il l'a survécue. Merci. 

13:56 | Commentaires (4) |

Commentaires

Et ben voilà, c'est pas si compliqué, prendre la vie comme elle vient, sans se soucier du lendemain, vivre pleinement la passion au jour le jour...
Qui vivra, verra.

Amitiés Cher Luc.

Écrit par : isa | 12/03/2010

Répondre à ce commentaire

salut frerot, c'est cooln mon frère.
les femmes ne t'appellent que pour baiser, c'est intéressant ;))

Écrit par : imagine | 12/03/2010

Répondre à ce commentaire

Larguée je suis larguée.... j'arrive plus très bien à suivre.... D'un côté je me dis que bien sûr Isa a raison.... Puis Imagine me fait douter.....
Je me rends compte que je fais la même chose que la femme d'en-bas (que soit dit en passant je n'aime pas beaucoup....) je sais qui appeler. Et j'appelle. Et chaque fois il vient. Une nuit de passion, comme si on s'aimait.
Et après, je me déteste. Mais ça ne m'empêchera pas de recommencer. De l'appeler. Une prochaine fois. Et il viendra. Une nouvelle fois.
Ca durera ce que ça durera.

Écrit par : C | 13/03/2010

Répondre à ce commentaire

:-)) ça va, ça vient....

je pense que l'éducation judéo-chrétienne est bien trop culpabilisante, il faut toujours s'auto-justifier ses actes, bwark!

laissez-vous vivre, comme le dit Isa....

dans notre société individualiste, nous devenons tous de grands schizophrènes, entre la liberté et le besoin d'appartenance....

schizophrènes célèbres:

Antonin Artaud, génie qui fut à la fois poète, essayiste, dramaturge, acteur et metteur en scène

Johanne Greenberg qui a écrit sous le nom d'Hannah Green : Je ne t'ai jamais promis un jardin de roses dont un film a été réalisé en 1977

John Forbes Nash Jr, grand mathématicien, prix nobel de science économique

Kurt Gödel, grand logicien du XXe siècle et ami d'Einstein

Isaac Newton, grand physicien du XVIIe siècle ;

Georg Cantor, grand mathématicien, celèbre pour ses travaux sur l'infini

Syd Barrett, fondateur du groupe de rock psychédélique Pink Floyd, dont la schizoprénie a été acentuée par la consommation de LSD dans les années 1970.

Vincent van Gogh, peintre et dessinateur hollandais de la deuxième moitié du XIXe siècle, voir les Lettres à son frère Théo

Socrate Philosophe

Écrit par : Sacha | 13/03/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.