09/03/2010

Qui restent

dieu

Y a des femmes qui restent et y en a qui disparaissent. Que la mémoire gomme. Que le coeur dégomme. Qui se volatilisent dans l'oubli (aaah pas mal ça, qui se volatilisent dans l'oubli... le génie littéraire de l'homme ne cessera décidément jamais de le surprendre... pffff... quel mec, ce gars...). Bon, assez déconné, pas que ça à faire, faut écrire du solide sinon y a un risque de frangines au désespoir et ça, l'homme veut pas l'avoir sur la conscience. Non non. Alors, celles qui disparaissent, ben, on va pas trop s'y attarder. Celles qui restent, par contre, et là l'homme redevient sérieux, c'est tout à fait autre chose. Ce sont celles qui ont laissé leur empreinte sur son âme. Sur son esprit. Sur sa vie. Une trace indélébile. Qu'aucune tempête de sable, jamais, ne parviendra à recouvrir et effacer. Ce sont celles qui l'ont touché. Comme seul le doigt de Dieu peut toucher un homme. Celles avec lesquelles il a eu, et a, et aura jusqu'au dernier jour, un partage. Une fusion. Une intimité. Une intimité qui, parfois, aura été physique, c'est sûr, mais pas toujours. Et pas nécessairement. Avec certaines il a connu, et connaît encore, une autre forme d'intimité. Tout aussi prenante, aussi intense, aussi liante. Une intimité émotionnelle. Une imbrication impalpable. Une union inexplicable. Ce sont ces quelques femmes-là, qu'elles lui aient offert leur corps ou non, qui comptent dans la vie d'un homme. Qui font que tout n'a pas été vain. Au-delà du manque. Du regret. Des chances qu'on a pas osé saisir.       

20:54 | Commentaires (4) |

Commentaires

Luc "un risque de frangines au désespoir" là !!! toi tu m'as fait rire !!! :=))))

Écrit par : isa | 09/03/2010

Répondre à ce commentaire

bon l'homme ce soir j'en ai ras la casquette de tt le monde. puisque tu ne couches pas systématiquement, je veux bien que tu me fasses une ptite place dans ton lit, pour qu'on ne me trouve pas. Et puis comme tu es apparemment inapte à toute relation, au moins tu ne me saouleras pas ;)
merci, promis je ne reste pas ;)
finalement quand tu t'apercevras que je suis passée, je serais deja repartie ;)

Écrit par : imagine | 10/03/2010

Répondre à ce commentaire

ben alors l'homme t'as pas survécu à cette nuit ? ;)))

Écrit par : imagine | 11/03/2010

Répondre à ce commentaire

La trace oh oui!....il y en a très peu qui ont laissé leur trace....*soupir*...

Écrit par : Sacha | 13/03/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.