01/03/2010

Immobilité

dyn003_original_450_600_pjpeg_2617060_8c52c87b13b625c69e122fc3f821398c

C'est pas de la résignation, c'est pas du découragement, c'est pas du regret. C'est une sorte de neutralité. Là, à l'intérieur. Comme un cessez-le-feu, niveau émotion. Un moment d'immobilité. Comme si, un instant, l'existence retenait son souffle. L'homme est arrivé à un stade de sa vie où il n'a plus des masses à gagner et plus des masses à perdre. Là où il n'était pas bon, ben, il n'a plus vraiment le temps de le devenir. Et là où il était bon, ben, il ne deviendra plus meilleur. Because kilomètres au compteur. Usure générale de la mécanique. Fatigue du matos. Ramollissement des lobes. Grincements dans les roulements. Bref, se trouve un peu comme un rocher au sommet d'une montagne, le mec. Un rocher tout rond, sur un sommet tout pointu. Genre pic. En équilibre précaire. On ne peut plus précaire. Et quand il va basculer et débouler à fond la caisse de l'autre côté de la pente, ben ça va pas faire du bien par où il passera. En attendant, à défaut d'être dans l'oeil du cyclope, ce qui serait tout de même assez douloureux, l'homme se trouve dans l'oeil du cyclone, ce qui est plus confortable. Du moins temporairement. Car attention, hein, comme il vient de le dire, quand la pierre se mettra à rouler (comme on dit chez les Rolling Stones) ça risque de faire pas mal de dégâts collatéraux.

19:39 | Commentaires (3) |

Commentaires

mais non c'est passager cet état d'esprit, juste un ptit coup de calgon...à mon avis, c'est juste l'histoire de reprendre confiance en soi, c'est tout, mais. ! c'est mon avis.

Écrit par : isa | 01/03/2010

Répondre à ce commentaire

? Je m'interroge....solution Calgon ou laisser roulet et tout casser sur son passage?...lasse aussi ce soir, yeux vitreux sur le monde alentours....oui, cela passera, car tout passe et re-passe....

Écrit par : Sacha | 02/03/2010

Répondre à ce commentaire

il ne mérite pas Sacha, le calgon ne mérite pas un C majuscule...
Oui tout passe, alors bon courage ;-)

Écrit par : isa | 03/03/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.