01/02/2010

Principe

20354_1242444499595_1183817073_627622_5886371_n

Le principe de Peter, tout le monde connaît. Vous grimpez dans la hiérarchie de votre boîte jusqu'à ce que la dernière promotion soit celle de trop. Celle qui dépasse votre niveau de compétence. Celle où vous ne fonctionnez plus comme il faut. Le Principe de L'Homme, un rien moins connu à ce jour, c'est un peu la même chose. Mais alors en amour. J'esplique vite fait. Dans la vie amoureuse aussi, y a comme des promotions. D'abord on se rencontre et on risque un petit rencart vite fait. Si ça réussit, ben, c'est un peu une promotion, non ? Puis, après un certain temps, on s'embrasse. Nouvelle promotion. Et si tout continue à bien se passer, ben, on fait l'amour. Grosse promotion, ça. Ensuite, si tout évolue encore toujours positivement, on décide de vivre ensemble, voire de se marier. Une promotion de taille, celle-là. Alors, selon le Principe de L'Homme, chaque nouvel échelon qu'on gravit au cours de son cheminement sentimental peut être l'échelon de trop. Celui après lequel on se casse la figure. Celui après lequel rien ne va plus. Avec au final, ce constat funeste, qu'une fois qu'on a franchi avec succès toutes les étapes antérieures, c'est la dernière, le passage à la vie commune ou au mariage, qui bien souvent est celle de trop. Celle après laquelle on se plante.

17:12 | Commentaires (2) |

Commentaires

Apres l'exaltation et le frisson de la reussite des reves et de leurs differentes etapes donc ... la frayeur voire la terreur de la potentielle realite ? -
reve et realite, tout un programme ...mais pourquoi croire que le reve est rose et la realite sera ... grise ??

Écrit par : sugoisugoi | 01/02/2010

Répondre à ce commentaire

La pyramide de Maslow Pureeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee! l'homme boulot-métro-dodo pense ne pouvoir qu'exister vraiment par le biais d'un couple???....pauvre Sartre....

Je m'arrête ici pour ce soir, j'ai eu ma dose de déprime....suis pas St Bernard, ni infirmière :-))

Écrit par : Sacha | 14/02/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.