30/01/2010

Onze

GermanyHSSNo11_0709b

Onze. Onze ans. C'est la différence entre elle et lui. Elle, c'est la femme d'en-bas. Lui, c'est l'homme. Non, je dis ça pour les gugusses et les nanas qui suivraient pas les aventures estraordinaires, eshaltantes et super essitantes du mec. Bon. Continuons. Onze ans de différence, donc. Dans le baba de l'homme évidemment. Et donc, l'autre soir, elle et lui causaient du sujet. Elle qui dit que c'est trop. Qu'elle bossera encore et que, lui, il sera pensionné, retraité... Pensionné, retraité... rien que ces mots lui donnent envie de gerber, au mec. Elle qui dit qu'elle a encore des ambitions. Voudrait bien débouler un jour dans le management supérieur, la frangine. Et elle a raison. Et les capacités. Bref, ils ont discuté sec. Mais vrai. Je ne veux pas te blesser avec tout ça, qu'elle a dit. Tu ne me blesses pas, qu'il a répondu. Ce que tu dis est juste. Pourquoi veux-tu que je sois blessé ? Si la vérité peut blesser, elle blessera toujours moins que le mensonge. Sa franchise, ben, l'homme apprécie. Alors il lui a demandé ce qu'ils étaient, elle et lui, au juste. Close friends, qu'elle a répondu, close friends.       

12:40 | Commentaires (6) |

Commentaires

Hélas Sombre réalité: il suffirait de presque rien...peut être 10 années de moins...

ps: j'espère qu'elle réfléchit bien et qu'elle pense pas que business. Car un jour, elle aura 10 ans de plus.

Je t'embrasse de tout coeur.

Écrit par : isa | 30/01/2010

Répondre à ce commentaire

On the air Je viens de voir un film (certes, tout sauf inoubliable) qui me fait penser à tout cela...
C'est dans l'air du temps : on pense plan de carrière, on tient à rester détaché(e)... et puis arrive un soir d'hiver où le chauffage ne suffit plus, où l'on aimerait un sourire pour nous accueillir et des bras pour nous étreindre...
On aimerait mais il est trop tard : et c'est la seule notion de temps qui me semble importante (bien au-delà d'une quelqconque différence d'age).

Écrit par : Céline | 30/01/2010

Répondre à ce commentaire

Isa & Céline Ce que vous écrivez est tout à fait juste... C'est exactement ça...

Écrit par : Un homme | 30/01/2010

Répondre à ce commentaire

... J'ai connu le même sort avec ... neuf ans d'écart. Et comme la femme décide, le couperet est tombé. Résultat. Un énorme gâchis. On ne s'en remet pas vraiment. Ferré a beau chanter " avec le temps, va tout s'en va .. " bé, les racines sont toujours là.

Écrit par : Max-Louis | 30/01/2010

Répondre à ce commentaire

Mais, mais.... j'y pense là.... toi et moi on a le même âge....donc on sera pensionnés en même temps.... enfin je dis ça je dis rien...
Mais je connais la même situation, mais à l'envers.... Quand moi je "devrai" arrêter le boulot, lui en aura encore pour 10 ans à travailler. Alors... Alors? Alors je me suis dit autant arrêter tout de suite. Même pas "close friends". Friends me semble déjà pas mal.

Écrit par : C | 31/01/2010

Répondre à ce commentaire

Projections
Trop de projections dans le temps dans cette histoire ... avec l'homme qui roule sur l'autoroute a fond les ballons en plus dans les mauvais jours. Mais Fevrier puis Mars arrivent ...
La roue tourne et personne ne sais si il/elle arrivera a la retraite ! pourquoi en faire une barriere une contrainte aujourd'hui de ce que sera demain ? quel manque de spontaneite dans l'emotion !
demain sera demain ...
hum hum non decidement trop se projeter c'est se poser des problemes today ...
Madame sera peut etre licenciee dans deux ans et l'homme sera dans un trip perso genial ... et la elle revivra une redistribution des cartes car la roue tourne ... a notre insu. Lse cartes sont redistribuees.
ca doit etre ca notre chance en realite

Écrit par : sugoisugoi | 31/01/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.