27/12/2009

Indissociables

_071211_tombe-ciel_1197456228

Il n'existe pas de désir sans peur. Les deux sont indissociables. Peur de perdre le contrôle. De se perdre. D'être perdu. Peur qu'en possédant l'autre, on ne devienne possédé par l'autre. Mais c'est aussi ce qui nous attire tant, dans le désir. Et nous fascine. D'être livré à quelque chose de plus grand que nous, de plus fort que nous. Le vertige, c'est pas la peur du vide, c'est la peur de tomber. Le désir c'est à peu près la même chose. C'est pas la peur de l'égarement, c'est la peur de se retrouver. Mais attention, hein, ici l'homme parle pas de l'envie ordinaire, celle du mec qui, vite fait bien fait, veut s'envoyer sa régulière, le samedi soir après le ciné, non non. Ici l'homme parle du désir. Le feu, pas l'allumette.       

11:13 | Commentaires (2) |

Commentaires

Tu fais de l'amour quelque chose d'hyper compliqué !
Tu sais que parfois, tout est beaucoup plus simple, il arrive même que ça coule de source :-)
Que le désir soit simplement le désir de l'autre et qu'il soit si agréable d'y succomber.
Que le vertige soit simplement un délice infini.
Et tout le reste n'est plus que littérature...

Écrit par : à quoi bon | 29/12/2009

Répondre à ce commentaire

Tres tres joli texte
tout a fait mon ressenti
pour quoi ne pas s'autoriser a rever le desir quand il ne nuit a personne


Écrit par : sugoisugoi | 30/12/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.