26/12/2009

Boutons

boutons

La relation de l'homme avec la marketing manager, la business woman, bref avec la frangine d'en-bas, est équipée de deux boutons. Un bouton R et un bouton P. Le bouton R, c'est le bouton rationnel. Quand c'est elle qui le pousse, elle dit j'ai toujours besoin de nouveaux défis, de nouveaux challenges, j'ai encore plein de projets, d'ambtions, de trucs et toi, pour calmer toutes tes tempêtes, il te faut les eaux calmes d'un port d'attache. Quand c'est lui qui le pousse, l'homme dit, avec cette différence d'âge, je vais pas savoir te satisfaire éternellement, vais pas tenir la distance moi, faut te trouver un mec plus jeune, crois-moi. Et donc ils se disent, nous deux, ça va pas marcher, ça va pas tenir, alors limitons les dégâts et restons amis, de très bons amis, c'est sûr, mais sans plus. Le bouton R, c'est le bouton qui éteint. Et puis, y a le bouton P. C'est le bouton passionnel. Quand elle ou lui le pousse, plus ou moins par inadvertance, plus ou moins par jeu, il ouvre d'un coup toutes grandes les vannes de la pulsion, massivement secrétée par les noyaux les plus profonds de leur cerveau reptilien. Débride instantanément l'envie, pure, animale, coercitive. Exacerbe soudainement au paroxysme un désir tsunamique, incontinentable, géantuesque (vous apprécierez au passage ces magnifiques perles de néologismes, à la fois audacieux et brillants, grâcieusement offertes par l'homme à l'occasion des Fêtes... Aaah décidément, l'homme, mais quel auteur novateur, quel écrivain pas vain, quel talent succulent...). Bref, le bouton P, c'est le bouton qui allume. Alors leur relation, ben, ça a tout d'un clignoteur.   

11:46 | Commentaires (5) |

Commentaires

Faudra quand même un jour nous expliquer toutes les salades que tu nous as vendues "avant" la femme d'en-bas, genre "no sex if no love" "moi, je baise pas je fais l'amour" .... parce que là dans le genre "passion quand tu nous tiens je me lâche" tu m'épates, tu m'épates,tu m'épates !
Et puis STP fais-moi un plaisir en 2010 : laisse NOUS juger de ton possible et potentiel talent succulent... un peu de modestie que diable!

Écrit par : C | 27/12/2009

Répondre à ce commentaire

C Non mais c'est tout de même fort ça, si l'homme ne peut même plus se foutre de sa propre gueule sur son propre blog...

Écrit par : Un homme | 27/12/2009

Répondre à ce commentaire

... Bon jour,

@ C : et la liberté de l'homme ?

@ un homme : je viens de lire ce billet et je me dis que R et P, c'est un peu comme le genre binaire : 0 ou 1.Tout ou rien.
Je me demande si la tiédeur d'une relation vous tiendrait longtemps sous le feu de la Raison.:)

Max-Louis

Écrit par : Max-Louis | 27/12/2009

Répondre à ce commentaire

Désolée... je n'avais pas compris que c'était du foutage de gueule perso....
C'est vrai que par contre les engueulades directo c'est plus mon truc, là je comprends tout de suite. Surtout que c'est pas une première. Ni une dernière sans doute...

Écrit par : C | 27/12/2009

Répondre à ce commentaire

J'ai bien apprécié venir te lire l'Homme...
Et moi, je trouve que tu as raison de t'envoyer des fleurs, ou sinon, qui le fera? On balance tjs les défauts en pleine tête, et jamais ou trop rarement les qualités. Tu joues magnifiquement bien avec les mots l'Homme.
Curieux dimanche

Écrit par : Une renaissance :-) | 27/12/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.