24/12/2009

Trop

Peinture%20Naive

Trop d'histoires inachevées. Trop d'enchevêtrements qui ne veulent se démêler. Trop de rêves dont on ne parvient pas à se réveiller. Et pourtant... pourtant il faudrait que les tempêtes, enfin, s'apaisent. Que le coeur, un jour, ralentisse. Que s'arrête cet essouflement intérieur. Mais quand ? Quand est-ce que finalement tout redeviendra normal, banal, ordinaire ? Et quand reviendra la clarté dans ce crépuscule qui ne cesse de tomber ? Mais pas d'inquiétude : ce soir l'homme dîne chez son ex. Il va sourire avec ses lèvres. Sa voix dira que tout va bien. Si ça se trouve, ils vont même rire.

13:09 | Commentaires (3) |

Commentaires

Quand Quand ?

Ce soir, peut être...

Écrit par : isa | 24/12/2009

Répondre à ce commentaire

Quand ?
Jamais, je crois.
A moins de faire semblant.
Parce que tu n'es pas du style à vouloir du banal et de l'ordinaire.
Et si un jour tout redevient banal et ordinaire,
c'est que quelque part, tu te seras bridé ou que tu auras laissé tes rêves s'envoler.
C'est parce qu'il y a des tempêtes qu'il y a parfois de magnifiques crépuscules...
Sourire et rire, oui, c'est ce qu'il y a de mieux à faire. Si ça se trouve, tu souriras de bon coeur.

Écrit par : à quoi bon | 24/12/2009

Répondre à ce commentaire

S'asseoir un moment et souffler. La rencontre de l'autre n'est pas une fin en soi. Il faut d'abord se retrouver dans une solitude apaisante puis rompre cette solitude le moment venu. A force de vouloir tout précipiter et se lancer dans n'importe quoi, on passe à côté de l'essentiel. Depuis le temps que je lis, j'ai l'impression que c'est une course au bonheur, une recherche de l'âme soeur, comme si c'était le but ultime de la vie et que les heures étaient comptées.

Écrit par : Manureva | 25/12/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.