18/12/2009

Peut-être

anthropologie_du_corps

Pas de panique, l'homme va pas vous bassiner longtemps les côtelettes avec l'histoire de son glandouillard tout pendouillard qui, l'autre jour, l'a lâchement lâché dans le feu de l'action, dans ce pieu à la con, le laissant tout vieux et pas bon. Juste dire ceci. Si on peut toujours essayer de se mentir à soi-même, faut pas essayer de mentir à son corps. Because ça, ça marche pas. Et donc, peut-être que son corps s'est vengé. Qu'il a voulu lui dire un truc dans le genre "Toi mon pote, cette nana, tu l'aimes pas assez. Ou pas vraiment. Ou pas encore. Alors moi, je joue plus, je retire mes billes, salut et bonne chance. Et rappelle-moi quand tu sentiras de nouveau quelque chose côté coeur". Aah, pas impossible ça, hein ? A moins que ce soit chez l'homme une sorte de peur inconsciente. Peur de se tromper de femme. Ou de ne pas se tromper de femme, mais d'être par la suite trompé par la vie. Attention, ça lui est déjà arrivé hein...  

13:32 | Commentaires (3) |

Commentaires

Belle analyse :-)
Mais c'est pas la vie qui nous trompe,
c'est nous qui nous trompons,
d'Eustache ou de Fallope :-)

Écrit par : .Avant C, voilà B | 18/12/2009

Répondre à ce commentaire

Toutes ces questions ! Mais pourquoi que l'Homme se pose autant de questions ?
Il ne peut pas profiter de la vie tout simplement ?
Est-ce bien raisonnable de se torturer comme ça ?
Bon, bonnes fêtes hein !

Écrit par : Marirose | 18/12/2009

Répondre à ce commentaire

l'effet et la cause? quand on songe que quelques jours plus tôt l'homme avait DÉCIDÉ de COUPER LES PONTS, c'est vrai qu'il y a de quoi réfléchir.

(mais qu'il relise ses précédents posts de décembre... peut-être que la réponse à ses questions s'y trouve déjà?)

Écrit par : Patricia | 20/12/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.