11/11/2009

héros

Plus il réfléchit, et plus l'homme se sent des affinités avec l'absurdisme d'Albert Camus, qui face à l'absurdité de la vie, voit trois attitudes possibles. Ou bien on plonge dans le mystique et le religieux, question de se créer de toute pièce un sens à une existence qui, autrement et en réalité, en est totalement dénuée. Ou bien on se flingue/se pend/s'empoisonne/se jette par la fenêtre/sous un train (rayer les mentions inutiles) pour échapper à l'insensé. Ou bien on devient un héros absurde. Genre mec constamment en quête d'un accomplissement qu'il sait impossible, mais qui, face à cette impossibilité, finit par aimer la quête elle-même. Pour ce qu'elle est. Et de ces trois attitudes, l'écrivain-philosophe conclut que le seul moyen de vivre réside dans la révolte. Une révolte où, non pas les causes pour lesquelles on se révolte seraient importantes, mais la révolte en soi. Le fait même de se révolter. Aaah là, l'homme, sauf qu'il n'est pas un héros, se retrouve tout à fait. Même plus. Il se retrouve tout à fait aussi dans la façon dont Camus s'en est finalement dépêtré, de toute cette absurdité. Dans un accident de voiture. Comme au cinoche dans "Les choses de la vie". Aaah l'homme voit déjà le coup, lui, dans le cuir blanc de sa BM noire...

 

16:50 | Commentaires (2) |

Commentaires

hommage un hommage à Stig Dagerman:

http://pagesperso-orange.fr/chabrieres/texts/consolation.html

[Puisque notre besoin de consolation est impossible à rassasier] et que je suis d'accord avec ce bel auteur...

Amitiés.

Écrit par : isa | 11/11/2009

Répondre à ce commentaire

Pffff... Isa Merci, merci, merci... Quel texte époustouflant, soufflant, bouleversant de Stig Dagerman... que je ne connaissais absolument pas, mais que je vais m'appliquer à découvrir en profondeur, ça c'est certain...

Écrit par : Un homme | 11/11/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.