16/10/2009

question

11794249839wClEd

Plus il y a d'espace entre elle et moi, et moins je respire. Non, la phrase n'est pas de l'homme. Trop géniale, qu'elle est. Elle est de la plume de Cabrel, pardon, du grand Cabrel. Non, si ces mots ne sortent plus de la tête de l'homme depuis qu'elle et lui se sont éloignés, c'est parce que ce manque qui depuis l'étouffe, ben, il se demande si c'est vraiment l'autre qui lui manque ou si c'est simplement l'habitude de l'autre? Si c'est l'amour lui-même ou l'accoutumance aux petits rituels ordinaires qui l'accompagnent? Ou les deux sont-ils un tout indissociable et donc, en fait, la même chose? Quoi qu'il en soit, le mec a comme une espèce de dépendance. C'est clair. Et donc, pour s'en sortir, y a pas photo. Ou bien devenir clean de l'autre, tout à fait et tout de suite, ou bien se shooter une dose massive de l'autre. Une dose définitive. Et irréversible.     

11:14 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.