15/10/2009

Frank

revelation-jay-van-dam6-580x580

L'homme n'aime pas les coureurs cyclistes. Ont tout dans leurs jambes et sont fous dans leur tête. Et donc, il aimait pas Frank Vandenbroucke non plus. Mais là, il faut lui laisser une chose, sa sortie il l'a pas loupée. Et l'homme apprécie le panache. Même s'il est pitoyable. Les senteurs lointaines du Sénégal, le sexe tarifé d'une sénégalaise, l'alcool jusqu'au ras des lèvres et les anti-anxyolitiques jusqu'à la glotte, faut dire qu'il a pas fait les choses à moitié. Il aura été jusqu'au bout pour ses victoires et jusqu'au bout dans ses défaites. Et l'homme préfèrera toujours la beauté du geste de celui qui claque au bout de sa déchéance, même si c'est sordide, à la prudence de ceux qui restent en vie mais sans vivre vraiment, pour au final s'éteindre anonymement dans les effluves de soupe aux choux mêlées de relents de Déthol et de pipi de l'un ou l'autre home Saint-Joseph de l'assistance publique. Et en plus, il comprend le geste. Quand on a plus personne pour se dépêcher because y a plus personne qui attend, quand on a plus rien pour être à l'heure et qu'on a plus d'heure pour rien, quand la seule chose qui se passe encore dans sa vie c'est le jour qui se lève et la nuit qui tombe, alors la mort, ben, sans vraiment vouloir la chercher, il peut arriver qu'on soit pas tellement malheureux non plus de la trouver.   

12:15 | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.