30/09/2009

reflectoporn

bouilloire

Le reflectoporn, vous connaissez ? Allez, faites pas semblant de réfléchir, et encore moins d'être malin, et dites directement que vous connaissez pas, ça ira plus vite. Et ben, l'homme va vous espliquer. Il s'agit en fait de prendre une photo de son propre reflet sur un objet, mais alors tout nu. Comme par exemple son reflet sur une bouilloire bien luisante ou un grille-pain bien astiqué. Ou sur un écran télé ou un truc brillant du genre. C'est fou, ça, hein ? Alors l'homme, quand il a entendu parlé de ce machin, et uniquement poussé par la curiosité intellectuelle bien entendu (quoi, l'homme, un hypocrite-voyeur comme tous les autres? Naaan....), a un rien googler sur le sujet. Ben, c'est pas terrible... Sait même pas pourquoi on appelle ça du porno. D'ailleurs le porno, ça n'existe que dans la tête de ceux, h/f, qui regardent. Que vous, les frangines, vous zieutiez la gonflette de votre mec en live et en direct, ou celle d'un autre gars en même situation sur une photo, ben matériellement, ce que vous voyez, c'est la même chose, non ? Si le mec de la photo était votre amoureux en vrai, en chair et en os, vous n'en feriez pas une macédoine, hein. Et pour les mecs, c'est pareil bien évidemment. Donc, purement objectivement, y a pas de différence. Sauf dans la tête. Où y a sentiment pour l'un et pas sentiment pour l'autre. Mais ça s'arrête là.   

18:15 | Commentaires (3) |

29/09/2009

passé

3870202362_13b01e8095

On ne remonte pas le temps. Ce qui est passé est passé. Et on ne remonte pas l'amour non plus. Il est totalement illusoire de penser qu'on puisse terminer ce qui, un jour, a été fini. De croire qu'on puisse reprendre le fil de ce qui, un jour, a été coupé. De retourner vers ce qu'on a fui pour tenter de retrouver ce qui n'est plus. Ce qu'on n'est plus. Même avec la meilleure volonté du monde. Parce que justement, ce n'est pas une question de volonté, mais de capacité. De faisabilité. Non non, l'amour qui reste après l'amour, ça s'appelle de la raison. Rien de plus. Mais évidemment, l'homme peut se tromper...   

13:13 | Commentaires (1) |

28/09/2009

trop

allinette122546386775_gros

Il est des amours qui meurent d'inanition. De faiblesse. Par manque de soin, d'attention. Des suites d'un dessèchement des coeurs, d'une flétrissure des émotions. Mais le contraire existe aussi. Des amours qui meurent parce qu'ils sont trop forts. Et trop impossibles à la fois. Tellement forts que l'attente de leur consécration en devient insoutenable. Et tellement impossibles que l'insupportable en devient dénué de sens. Alors, à un moment donné, il peut arriver qu'on soit mieux sans l'amour, qu'avec. On achève bien les chevaux, non ?         

11:53 | Commentaires (1) |

27/09/2009

Polyamorie

entangled

Valérie (43) partage son amour entre plusieurs hommes. Voila le titre que l'homme lit dans le supplément féminin à la con, de ce canard à la con, dans lequel il glandouille comme un con en ce dimanche à la con. Et il paraît que ce genre de papillonnage, ça s'appelle polyamorie. Et que c'est assez tendance. Alors, ce que Valérie fait ou pas, personnellement, l'homme s'en fout complètement. Mais polyamorie, ben, l'homme connaissait pas. Et ça le fait quand même un peu marrer. Car on peut partager son lit, son corps, ses envies, et même, le cas échéant, son avis, mais partager l'amour, ça, l'homme croit pas. Attention il critique pas, il juge pas, il condamne pas. Les h/f sont libres et peuvent donc, en ce qui le concerne, s'envoyer en l'air, en mer et sur terre tant qu'ils veulent, avec qui ils veulent et comme ils veulent, successivement, simultanément ou subrepticement, mais faut quand même faire un peu gaffe avec les mots. Et pas confondre l'acte avec le sentiment. Et donc si c'est sûr que coïter c'est chouette, amusant et jouitif et tout, c'est sûr aussi que faire l'amour, ben, ça revêt tout de même une toute autre dimension, non ?     

15:04 | Commentaires (3) |

26/09/2009

Resto (suite)

caviar01ndbr

Bon. Vu l'enthousiasme délirant qu'a déchaîné son invitation, à savoir 0 (zéro, nul, nada) réactions, ben le resto, il se le tapera tout seul, l'homme, comme un grand. Et il bouffera pour deux, na ! Non mais, ça va, il a compris, vous invitera encore, le gars ! Faut croire que, question image, c'est pas la gloire. Doit en effet paraître un rien grincheux, le mec. Voire même tout à fait imbuvable. Mais détrompez-vous, il sait aussi être tout à fait charmant, avenant, entretenant et rigolant et tout, hein, à ses heures. Faut pas croire. Non non, moi qui le connais tout de même depuis sa naissance, ou presque, je vous le dis, chez lui, tout n'est pas à jeter. Y a encore des trucs pas mal. Mais faut se grouiller, il sait pas combien de temps ça va encore durer...  

18:13 | Commentaires (8) |

Resto

caviar01ndbr

Euh... petite question, comme ça, pour voir... Qui est-ce qui aurait envie de se faire un petit resto avec l'homme ce soir ?

09:02 | Commentaires (1) |

25/09/2009

Mélanchronique

melancolie-234039

L'homme a constamment l'impression de ne pas vivre pleinement. De ne jamais vivre tout à fait. De vivre avec quelque chose qui fait défaut. De vivre avec un défaut. Même quand il est heureux, dans son puzzle tout bleu du bonheur, y a toujours des pièces qui manquent, qu'il trouve plus, qu'il a paumées. Et donc, la plénitude est un sentiment qu'il a perdu. En même temps que la jeunesse. Quand il ne soupçonnait même pas que tout pouvait avoir une fin. Qu'il ignorait même que le mot fin existait. Alors que maintenant, à chaque nouveau début, il ne peut s'empêcher d'y penser. C'est la raison de ses silences, la cause de sa mélancolie. Une mélancolie qui a comme une tendance à prendre ses aises. A s'installer en lui, comme si elle était chez elle. A tel point qu'il doit faire gaffe qu'à la longue, il n'en devienne mélanchronique.          

12:43 | Commentaires (4) |