08/06/2009

tamis

gold 2

A force de s'observer pour débusquer les innombrables astuces, déjouer les manoeuvres parfois très subtiles et contrer les petits jeux qu'on se monte soi-même pour se donner le beau rôle, pour se faire croire qu'on a raison, que nous on est tout blanc et que les autres sont tout noir, l'homme a fini par développer une sorte de tamis intérieur qui retient le vrai et laisse filer tout ce qui est faux. Enfin, en théorie. Et donc, plus ou moins. Car il lui arrive encore plus souvent qu'à son tour de trouver dans son tamis à la noix des machins qu'il croit être du vrai or alors que c'est du vrai toc. Aaah, elle est dure dure la vérité, c'est clair. Mais à présent il se rend compte que cet espèce de filtre qu'il porte en lui, ben, il fonctionne aussi vis-à-vis des autres. Ce qui n'est pas évident. Car s'il est relativement aisé de démasquer un plouc qui tente de vous rouler dans la farine, c'est beaucoup plus difficile de détecter quand quelqu'un se ment à lui-même. Quelle qu'en soit la raison d'ailleurs. Pour le confort, par facilité, pour la paix dans les ménages ou dans les méninges. Mais attention, l'homme ne jugera jamais. Il se bornera à constater. Sans plus. Tout comme il constate d'ailleurs que les vrais recherchent immanquablement la compagnie des vrais, les faux celle des faux, et les cons celle des cons...    

18:28 | Commentaires (2) |

Commentaires

C'est dans les vieux tamis qu'on ramasse les plus belles pépites... bien sûr elles sont rares. Il faut savoir être patient et avoir une bonne vue !
Bonne soirée !

Écrit par : Or | 09/06/2009

Répondre à ce commentaire

Tiens, tiens Vlà aute chose :-)))))))))
Tu te places où toi ? juste pour savoir où est ma place ? dans les vrais, les faux ou celle des cons...

Écrit par : 1femme | 10/06/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.