03/06/2009

Ch...

ennui_512

L'homme chipote dans ses paperasses. Il prépare ses fringues pour le lendemain. Il jette un coup d'oeil par la fenêtre, sur la rue où il se passe rien. Il dit qu'est-ce qu'on peut se faire ch... Il enlève les poussières de l'écran de sa télé. Il se tape la vaisselle de la veille. Il entend le petit couple d'à côté qui se dispute. Il regarde s'il a pas reçu de message sur son mobile. Y en a pas. Il dit qu'est-ce qu'on peut se faire ch... Il ouvre un bouquin. Il le referme après deux pages. Il récupère le journal d'hier dans la poubelle et le relit. Il allume son ordi pour voir si des fois y a pas de mails. Y en a pas. Il dit qu'est-ce qu'on peut se faire ch... Il s'endort dans son fauteuil. Se réveille avec mal à la tête et s'envoie deux Nurofen. Il résiste à la tentation des pilules jaunes juste à côté, celles contre cette pince géante qui sommeille dans sa poitrine et qui à chaque instant peut se réveiller pour lui enserrer, lacérer, percer cette grosse poche pleine de tristesse, d'angoisse et de peur qu'il porte toujours en lui, là quelque part, entre le coeur et le nombril. Il doit penser à autre chose. Vite. Il se fait une Royco Minute soupe. Ou un chocolat chaud instantané. Instantané... tout est intantané chez lui. Y compris le naufrage et le fond qu'il touche à chaque fois qu'il rentre chez lui... 

12:31 | Commentaires (2) |

Commentaires

L'homme ferait mieux de ne plus penser qu'à une seule et unique chose : Il est aimé et tout le Net le sait !

Écrit par : Christine | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Je viens de lire vos 4 derniers post. Je trouve très interessant de voir ce qui se passe un peu dans les caboches masculines donc je repasserai bien volontier.
Bonne soirée !

Écrit par : Or | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.