30/03/2009

Pas top

barrage

Alors, l'homme n'a pas des masses à écrire, ce soir. Il se sent pas trop top. C'est dur de mourir au printemps, chantait Brel, mais c'est dur de vivre au printemps aussi. Enfin, ça dépend des circonstances dans lesquelles on se trouve vu les circonstances. Vous voyez ce que je veux dire ? Non ? C'est rien. Tout ce que l'homme veut dire c'est qu'il a comme un lac derrière les yeux. Un lac salé. Mais bon, on va pas en faire une macédoine. Et donc il vous a mis une petite perle d'Axelle Red dans ses chansons bleues, ici à côté. Un petit bijou, ce texte et cette voix. Même si ça lui serre un rien la gorge, au mec. Et le coeur aussi.

21:07 | Commentaires (4) |

29/03/2009

Modestie

Aaah, pas génial, ça ? Et dire que l'homme pensait qu'il savait écrire... Si si, je vous assure... Ceci dit, l'aquaboniste, c'est lui en plein.

10:52 | Commentaires (1) |

28/03/2009

noir

Candle_2

Alors sur ce coup, l'homme vous écrit dans le noir. Ben oui, il a éteint toutes les loupiotes, le mec. Because la Earth Hour (l'heure pour la terre, en espagnol). Attention, l'homme n'est ni vert, ni écolo ni rien du genre. Et le réchauffement de la planète, à la limite, il s'en fout. Enfin, il s'en fout pas. Mais un genre humain capable de fabriquer des armes pouvant détruire plusieurs fois la terre, devrait tout de même être capable de la sauver aussi au moins une fois, non? Serait drôlement con, sinon. Ah bon ! Alors, s'il est dans le noir, c'est tout simplement parce qu'il supporte pas le gaspillage. Laisser la lumière allumée pour rien, c'est comme foutre de la bouffe à la poubelle. Ou laisser couler l'eau sans mettre le bouchon. C'est pas moral. C'est pas décent. C'est pas bien. Aaah, ça vous étonne, ça, hein, tant d'élévation chez le mec. Et ben ouais, il est comme ça. Quoi ? Euh... ouais... il a une bagnole. Hein ? Euh... ouais... il roule disons... assez vite. Comment ? Euh... ben... ouais... les émissions de CO2 de sa caisse, c'est pas rien... Ouais mais non, ça, c'est autre chose, hein ! C'est pas comme du gaspillage, ça, hein ! Non non, ça c'est pour l'émotion, la sensation, l'adrénaline. C'est pas la même chose. Si on peut même plus se faire plaisir de temps en temps, non mais, où va t'on?   

21:19 | Commentaires (1) |

27/03/2009

hyper-réalité

4am260

A côté de la réalité, celle qui nous est commune à tous, il en existe une autre, une sorte d'hyper-réalité, qui elle, est individuelle et donc connue que de nous-même. Bon, à voir votre mine, on a compris. Vu votre intelligence de dimension unicellulaire, va devoir se fendre d'un exemple simpliste, le mec, question de vous espliquer le bazar. Alors voila. Imaginez que vous partez en week-end, disons à la mer, en compagnie de votre compagnon h/f. A première vue, la réalité y sera la même pour tous les deux. La mer que vous regardez est identique pour tous les deux, la plage où vous vous promenez est identique, identique aussi l'hôtel où vous êtes descendu ou le resto où vous allez dîner. Mais... mais... supposons à présent que vous, vous savez quelque chose que l'autre ignore. Par exemple, que votre amoureux secret, ou votre amoureuse interdite, a également séjourné en ce même endroit. Que cette personne, qui vous est particulière, a elle aussi regardé cette mer, foulé cette plage, passé la nuit dans cet hôtel, mangé dans ce resto. Votre réalité devient du coup tout à fait différente de celle de l'autre, non ? Et bien c'est cette réalité là, celle dont vous avez l'exclusivité, que l'homme appelle l'hyper-réalité. Une réalité avec un plus, dotée d'une dimension supplémentaire. Une dimension dérobée que chacun de nous, et donc aussi chacun autour de nous, du plus lointain au plus proche, porte quelque part en soi. Une dimension que l'homme adore et qui le fascine.      

17:21 | Commentaires (1) |

26/03/2009

Attraction

BMW%20serie%207%20interieur1

Désolé les frangines, mais cette fois c'est prouvé. Et même scientifiquement prouvé. Les éminents psychologues de l'université de Cardiff viennent en effet de démontrer irréfutablement que les gisquettes tombent nettement plus facilement pour un mec qui a une grosse bagnole que pour les autres. La méthode ? C'est simple. Ils ont montré deux photos du même gars à une série de frangines âgées de 21 à 40 ans. Seule différence entre les photos, sur la première, le mec s'appuie nonchalamment sur une nouvelle Porsche, alors que sur la seconde, il est accoudé sur une vieille Ford Fiesta. Et qu'est-ce qui se passe ? Ben, les petites dames préfèrent nettement plus le premier que le second. Qui en fait est le même. Et donc c'est clair, c'est la caisse qui fait la différence. Et ce qui est marrant aussi, c'est que ça marche pas dans l'autre sens. Point de vue attraction, les hommes se foutent complètement de la bagnole de la frangine. Eux, c'est la frangine qui les intéresse. Bon... sur ce... euh... l'homme vous laisse... doit faire une petite course urgente... a comme l'impression que l'acquisition immédiate d'un gilet pare-balles est soudain devenue comme qui dirait une priorité prioritairement prioritaire...

Aaah oui, encore ceci, avant qu'il oublie : l'homme vous remercie d'ores et déjà de lui épargner les commentaires à cinq balles la tonne, du genre que les mecs qui ont une grosse bagnole c'est because ils ont un petit zizi ou des trucs de la même eau... parce que là, wouaaaah aha aha aha, il pourra plus se retenir...    

16:50 | Commentaires (3) |

24/03/2009

case départ

150407_demolition_immeuble_begles18

Voila, l'homme est de retour de son séminaire résidentiel. Z'êtes contents ? Ah bon, alors ça va ! Et donc vous faire un petit topo de ce qui s'est passé. D'abord dire qu'y a deux ans, on a restructuré le machin où le mec bosse. Un pont, ça a coûté, un pont. En consultants, en temps, en énergie. Mais c'était utile. Et nécessaire. Et donc l'homme y a mis le paquet. Et donc ça n'a pas plu des masses. Et maintenant, qu'est-ce qu'on a fait pendant deux jours ? Ben c'est simple. Ce qui avait été centralisé, on a décentralisé. Les postes qui avaient été supprimés, on les a remis en place. Ce qui avait été rationnalisé, on a de nouveau foutu en l'air. C'est pas beau, ça, le grand retour à la case départ ? Et l'homme dans tout ça ? Ben, il a pas fait le poids. Faut dire ce qui est. Faut dire aussi que face à 35 mandailles boostés par un égo d'ici aux pyramides, y avait pas vraiment des masses à sauver. Aaah, citoyens, citoyennes, si vous saviez avec quelle extraordinaire désinvolture on fout votre pognon à la poubelle...

22:27 | Commentaires (1) |

22/03/2009

château

reunion

Alors voila, l'homme a fait sa petite valoche. Il part demain pour un séminaire résidentiel, question de resserrer les boulons de l'organisation du machin où il bosse. Et son boss, lui, il a poussé les manettes, puisqu'à vingt têtes de pipes on se tape deux jours au château de Lamolette, euh... de Lamalette, euh... de Laminette, enfin quèque chose dans ce style. Un genre de kermesse qui coûte la peau des fesses pour un résultat inversément proportionnel au blé qu'on y flambe. Mais soit. Le boss décide. Alors vous pensez comme ça l'enchante, le mec, lui qui pour le moment n'a qu'une seule envie, qu'on lui foute la paix, qui n'a qu'un seul besoin, un port d'attache pour y amarrer son radeau, qui ne cherche qu'une chose, l'autre. Et donc il va devoir jouer une grave comédie, le mec, avec son petit costard, avec sa petite chemise, avec sa petite cravetouze, avec sa petite farde, avec son petit laptop, pour jouer le petzouille dynamique et créatif et performant et tout. Et en plus, ce genre de cinéma à la con, y a rien de plus crevant, c'est l'homme qui vous le dit.

21:05 | Commentaires (1) |