30/06/2008

etroitesse

laurel_and_hardy

Le chauffeur du boss, vous connaissez? Non? Ben j'vous l'présente. C'est un mec sympa, cool, poli, propre sur lui et tout, avec qui l'homme s'entendait comme larrons en foire. S'entendait. Au passé. Car maintenant il est enfoiré, le larron. Because depuis qu'y a du pétard entre le boss et l'homme, ben le mec lui cause plus. Marrant, ça, hein? Il boude. Tourne la tête quand ils se croisent. Raisonne style t'es fâché avec le boss, t'es fâché avec moi. Fâché par procuration, quoi. En fait au lieu d'écrire raisonne l'homme aurait dû écrire résonne. Puisqu'en somme le mec n'est qu'un écho. Et qu'en plus, pour résonner, faut être vide. Mais bon. C'est fou, cette étroitesse, hein? Mais surtout, ce genre de soumission larbinale (forme adjectivée du nom larbin, tous droits réservés, toute reproduction interdite sauf par position du missionnaire) est inquiétante. Jusqu'où peut aller la servilité? Jusqu'à Nuremberg, jusqu'à ich habe nicht gewusst, jusqu'à un ordre est un ordre et fusillez-moi cette femme? Parie que si le boss lui dit de se teindre les cheveux en vert, ben il le ferait. Et dirait encore merci par après.  

11:07 | Commentaires (1) |

29/06/2008

Un

518E21W8K9L__SL500_AA240_

Dans un couple, un plus un devrait toujours faire plus que deux. Sinon, l'homme voit pas l'intérêt, la plus-value, le bonus. Le problème c'est que c'est jamais le cas. Quand on vit ensemble, c'est même le contraire. Et faut y mettre du sien. Et faut mettre de l'eau dans son vin. Et faut faire des concessions chacun de son côté, et bla bla bla. Résultat, en couple 1 + 1 ça n'existe pas. Serait plutôt du style 0,75 + 0,95. Et donc, toujours moins que deux. Alors faut qu'on lui esplique, à l'homme... D'autant que chez l'homme, tout seul dans sa grotte, 1 + 0 ça restera toujours 1, et jamais moins... Il se sent d'ailleurs vachement entier, l'homme, ces temps-ci.        

12:51 | Commentaires (2) |

28/06/2008

ex

philosophie

D'accord, c'est le weekend mais il est jamais trop tard pour s'instruire. Et comme de ce point de vue là y a encore beaucoup de boulot chez vous, vu vos IQ proches de la température moyenne de l'antarctique en juillet, au mieux, et en décembre, au pire, y a pas de temps à perdre. Ainsi l'homme rêvassait ce matin, entre ses draps cerises, sur les aléas de l'existence (sans Léa) lorsqu'il se demanda soudain, mais... en fait... c'est quoi ça au juste, hein, exister? OK, à l'heure où les normaux se réveillent avec effroi à la pensée de tout ce qu'ils vont devoir se farcir pour satisfaire leurs bobonnes pendant deux jours, l'homme lui cogite philo. M'escuse hein. Toute la différence entre la liberté à deux et la liberté tout seul. Soit, je continue. Donc, 'exister' vient du latin 'exsistere' qui en toute logique ne signifie pas 'exister' mais... 'sortir', le préfixe 'ex-' voulant dire 'sorti de'. Aaaah maintenant il comprend tout, l'homme. Exister veut dire sortir de quelque part. Et de là évidemment l'expression bien connue 'ça me sort de quelque part', comme on dit si souvent dans l'existence. Et tchac. Alors là z'êtes méchamment éblouis, hein? J'suis d'accord avec vous, y a pas photo, l'homme est un con, mais un con cultivé. C'est déjà ça. Toujours mieux qu'un imbécile intelligent, non? Ah bon.      

12:07 | Commentaires (2) |

27/06/2008

polémique

publicist

Bon, alors quoi, hein, bande d'endormis? Vous croyez que c'est marrant de scribouiller un post tous les jours, comme ça, pour faire plaisir à votre pomme? Vous croyez pas que des fois ça le pompe, le mec? Ah bon. Alors pourriez peut-être un rien mouiller vos chemisettes et poster de temps en temps un petit commentaire, non? C'est pas trop demander, tout de même? Quoi!? Ah bon! D'accord, je sais, comparée à littérature cinq étoiles certifiée Méritus de l'homme, votre prose sera certainement nulle, complètement débile et sans aucun doute dépourvue de tout intérêt, ça c'est sûr, mais c'est pas une raison pour venir glandouiller tous les jours sur son blog et pour le reste de s'en taper l'oignon! Un peu facile, ça. Vive la polémique, bordel. Et j'dirais même plus, vive la polémique à mac. L'homme vous lache ses conneries, vous réagissez en disant que c'est des conneries et l'homme vous répond que vous êtes con. C'est tout de même pas difficile! Faut être intéractif, qu'ils disent. Etre participatif, qu'ils disent. Communicatif, qu'ils disent. L'homme il veut bien, mais c'est pas gagné avec en face une clique d'apathiques patraques, d'anésthésiés du clavier et de narcosés qui n'osent pas causer, j'vous l'dis moi.    

13:43 | Commentaires (3) |

26/06/2008

Indépendance

atoll

Décidément, le coup de ce mec qui a déclaré l'indépendance de l'île déserte sur laquelle il vivait, ne cesse de trotter dans la tête de l'homme. Trop cool, ça. C'est qu'il aimerait bien faire un machin du même style, le gars. Mais comme il n'a pas d'île déserte, et que par ailleurs, dans l'hypothèse où il en aurait une, elle serait pas déserte puisqu'il y habiterait, faudra chercher autre chose pour compenser. Alors, vous connaissez l'homme, il n'a pas dû chercher longtemps pour trouver. Ainsi il a découvert l'île de Mah-têt. Mah-têt est relativement volcanique et il y règne un climat souvent instable. Ainsi les éruptions libertaires et les coulées de lave passionnelles y sont fréquentes et parfois même spectaculaires. Point de vue météo, anticyclones, cyclones et dépressions peuvent y succèder à un rythme effréné. Ensuite y a la péninsule de Mont Calbard. Mont Calbard n'est pas vraiment désert puisqu'il y réside en effet un aborigène crêpu et solitaire, assez sauvage et totalement imprévisible, qui n'en fait qu'à sa tête et que personne à ce jour n'a réussi à éduquer et encore moins à lui inculquer quelque forme de sagesse ou de raison que se soit. C'est pourquoi il reste toujours dangereux, sans toutefois être déconseillé, de s'aventurer sur les pentes, parfois vertigineuses, de Mont Calbard. Aaah vous voyez bien qu'il faut pas se concasser les noix pendant longtemps pour trouver ses terres de liberté. A nous de les cultiver ou justement de les laisser incultes...    

11:42 | Commentaires (0) |

25/06/2008

amour en deux

coeur44text

Tout gris qu'il est à l'intérieur le mec. Comme dehors. Mais dehors il fait chaud et lui il n'est pas chaud. Pas chaud du tout. Pour le moment, y a rien qui scintille dans sa vie. Elle a un goût de cendrier, sa vie. Aaah évidemment, quand il voit la femme Oasis, y a comme un embrasement. Fort, mais furtif. Parce qu'aimer, c'est pas un sens unique. Aimer devrait toujours être employé au pronominal, avec un s apostrophe devant. S'aimer, ça c'est la version complète. D'abord parce que pour aimer il faut d'abord s'aimer soi-même, ce qui déjà n'est pas évident, et ensuite s'aimer mutuellement, l'un l'autre, ce qui l'est encore moins. Sinon on aime qu'à demi. Le sommeil sans le rêve. Le soleil sans la chaleur. L'envie sans la passion. L'amour en deux au lieu d'à deux.     

12:26 | Commentaires (1) |

24/06/2008

île

destshet

Z'avez lu ça aussi, l'autre jour? Le coup de ce mec qui non seulement vit seul sur une minuscule île des Shetland mais qui en plus a carrément déclaré son indépendance? Alors là, l'homme dit RESPECT mon pote. Et en majuscule s'il vous plaît. C'est que ça a un autre panache ça, hein, que de vivre façon fourmi dans une vie de fait pas ci, fait pas ça, de ça tu dois et ça tu peux pas, de soit sage ou bien, d'obéit sinon, de soit poli et dit merci, de prend la baffe et excuse-toi, de pourquoi t'es en retard, de c'est ta faute si, de c'est bon pour une fois, de si t'es pas d'accord la porte c'est là, de file moi ton pognon et j'te file rien en retour, de moi d'abord et le reste après. Aaah l'homme sent déjà la brise vivifiante de la liberté lui fouetter le visage. Il voit déjà son bras d'honneur fuser vers le ciel, le médium fièrement tendu : salut tout le monde et à plus jamais, à partir de dorénavant et jusque désormais z'avez qu'à jouer sans moi, because moi, je me barre avec mes billes. Le problème dans tout ça, c'est qu'y a plus des masses d'îles désertes. Et qu'en plus, paraît que les moyens de communication sont pas terribles. La correspondance tram/métro n'est pas des meilleures, alors pour le Delhaize c'est pas évident. Heureusement qu'on a tous, quelque part, un atoll dans la tête, où se retirer quand le monde devient trop lourd.

22:46 | Commentaires (0) |