29/11/2007

Belga con

2
 

Demain, l'homme déménage. Jusque là rien de dramatique. Par contre, et ici il va y avoir des larmes, des lamentations, voires même des dépressions, mais il n'aura pas internet avant le... 17 décembre! Pourquoi? Because Belgacom ne sait pas le connecter avant. Parce qu'il faut une ligne spéciale de 783 mégahertz avec différentiel de 33,65 ampères en courant continu avec disjoncteur à manettes intégrées et percolateur à double fonction soupape vidange/purge à clapet. Non mais c'est tout même hallucinant, proposer un ADSL ultra rapide, un internet à la vitesse de l'éclair, et faire poireauter le client pendant 3 semaines pour un bête raccordement... Belgacom? Belga con, oui! Tout ça pour dire que mes petits billets vont s'espacer, quant à chatter sur messenger alors là c'est carrément zéro, silence radio, on tire la prise (jusqu'au 17 décembre...). Allez bon, jusqu'à la semaine prochaine les potes...

 

20:05 | Commentaires (2) |

28/11/2007

Il rame, le mec

 

port2
Quand on a vingt ans, bourlinguer c'est le pied. Libre, qu'on est. L'aventure c'est l'aventure. Ni Dieu ni maître. Par contre, quand on croit qu'on a vingt ans, bourlinguer, devient l'horreur. Triste à pleurer, que c'est, d'être balloté, trimballé, d'appart en appart, de meubles en meubles, de domicile en domicile. Toujours en eaux troubles, en mer houleuse alors qu'on devrait depuis longtemps être au port, à bon port, l'âme apaisée et le coeur au repos. Avoir une épaule connue, amie, aimante, pour y poser la tête, c'est impayable. Car après la passion, après l'amour, il existe une sorte d'amour au-dessus de l'amour. Calme et sûr comme un lac éternel, mille mètres au-dessus des mers éphémères. En attendant, l'homme, il rame...        

PS : vendredi l'homme déménage, cette fois dans son appart définitif. Enfin, définitif... un mot à cinq balles, traître comme c'est pas possible. 

 

21:52 | Commentaires (1) |

27/11/2007

Baffe gratos


gossip
 

Ce coup si l'homme tient à remercier personnellement cette super chouette amie qui, lors d'un petit coup de fil tout à fait amical, gentil et tout, a glissé à l'oreille de son ex, comme ça, en passant, qu'à propos paraîtrait que ton homme a été repéré dans un snack du coin en compagnie d'une blonde, j'te dis que ça. Sous entendu, ton mec est un beau salaud, après un mois déjà avec une autre. Sous entendu bis, et toi ma vieille, ça devait pas être terrible, échangée comme un pneu usé, qu'il t'a. En deux coups de manivelle, hop, un Pirelli P6000 flambant neuf qu'il a monté (sans jeu de mot facile, je vous le jure...). Merci les copines pour cette baffe gratos, soi disant pour prévenir, pour adoucir le coup etc bla bla bla. Sympa et tout. D'autant que, pour une fois, l'homme est innocent, blanc comme neige qu'il est. Vous pensez bien que s'il avait un rencard avec une blondinette GT sport grand tourisme, il l'aurait certainement pas emmenée dans un snack à la con pour s'envoyer un sandwiche jambon mayo, hein? Non, à coup sûr dans un machin style lounge, huîtres, homard et Chablis grand cru classé. Car, restons lucide Placide, il est arrivé à un âge où l'amour ça s'achète plus que ça se donne. C'est clair...  

17:55 | Commentaires (1) |

26/11/2007

Cachez-moi ce sein...

sukub1k
 

Vu votre réaction franche et massive à son billet 'Votre avis?' d'y a deux jours, à savoir une (1) réponse, et encore d'une frangine délurée comme c'est pas possible et avec qui en plus il s'est pris à chatter comme un défoncé, l'homme a décidé de garder ses photos-fantasmes pour lui. Rien à cirer qu'ils en ont, les lecteurs. Préférent le romantisme pur, qui ne tâche pas et reste plus blanc que blanc comme avec Dreft, aux sécretions quelque peu sulfureuses du cerveau reptilien, primitif et primaire qui subsiste en chacun de nous, là, juste sous le cortex des méninges civilisés (alors là, si ça c'est pas de la littérature, je sais plus). Mais soit. Si c'est bon pour vous, c'est bon pour lui. Tout en étant très mauvais pour la vérité...   

13:20 | Commentaires (3) |

25/11/2007

Les vrais et les faux

lit2

L'homme a revu celle qui était la femme de sa dernière vie. Chez elle, ex chez eux. Et avec elle tout va bien, merci. Elle est persuadée qu'entre eux tout redeviendra comme avant. Avec le temps. Recommencer à zéro, comme lorsqu'elle était sa maîtresse. Puis revivre ensemble, comme ces sept dernières années. Mais alors en mieux. En plus serein. En plus stable. L'homme n'est pas sûr. Un mois après son départ, la maison n'est déjà plus la même. Y a des meubles qu'il n'a pas encore vus, des objets qui ont changés de place. C'est comme eux: eux ne sont plus les mêmes, ce qu'il ressent pour elle a changé de place. L'homme croit que l'amour, une fois débarrassé, ne remet jamais les plats. Il peut se tromper, mais y a peu de chance. D'autant qu'elle lui a proposé de rester pour la nuit et qu'il n'a pas voulu. Comme disait Balavoine: il n'y a que deux races, ou les vrais ou les faux. Lui, il essaie d'être vrai.   

14:29 | Commentaires (2) |

24/11/2007

Illuminés de Noël

Illuminations_Noel
 

Alors j'allais calmos et tout chercher mon petit pain gris coupé au Panos du coin et me balladais cool avec mon petit sac en plastic comme le premier ahuri venu, lorsque soudain, horreur, mon coeur s'arrête (façon de parler évidemment, sinon je serais pas ici en train de taper ce texte à la con) et ma respiration se bloque, qu'est-ce que je vois pendouiller au dessus dans la rue: les loupiotes de fin d'année ! Manquait plus que ça: les illuminations de Noël ! Maintenant encore la musique de Noël, écoeurante comme cinq tonnes de guimauve, les marchés de Noël où tout le monde s'empiffre de mètres de boudins et descend des litres de Glüwein en émasculant allègrement Noël de tout son sens, à la télé les films de Noël, avec des familles parfaites, des papas et mamans parfaits, des enfants parfaits, des pépés et mémés parfaits, des chiens et des chats parfaits, et la nausée est totale. Attention, j'aime bien Noël, celui du pauvre qui se souvient de sa vraie signification, pas celui de l'illuminé en dessous des illuminations qui se ballade avec ses cadeaux de chez Delvaux, Gucci ou Louis Vuitton...   

16:28 | Commentaires (1) |

23/11/2007

Votre avis?

 

page65_1
L'homme voudrait aller plus loin dans l'introspection. Mais il hésite. Car comme tout le monde, derrière la face visible, il a aussi une face cachée, plus sombre, plus secrète. Alors il se tâte, a peur de décevoir. Car il sait que la déception est souvent le prix qu'il faut payer pour la sincérité. Et que la vérité n'est pas souvent belle,  ça le monde entier le sait, sinon il n'y aurait pas le mensonge. C'est simple, la vertu n'existe pas sans le vice. Plus même, la vertu est la force intérieure qu'il faut à chacun pour dompter précisément ses vices. Alors l'homme demande votre avis. Via les commentaires faites-moi savoir. Un mot suffit: oui ou non. Oui = l'homme va plus loin dans ses jardins maudits. Non = il continue comme avant. Et dans la case 'nom' mettez simplement votre prénom. Anonyme et sans risques. Et comme ça au moins l'homme sait pour qui il écrit. Et tout devient plus perso. Car s'est facile ça, à l'aise dans son petit coin, de lire chaque jour comment un mec déballe ses sentiments comme un brocanteur sa marchandise au marché aux puces...      

17:23 | Commentaires (2) |