31/10/2007

Arraché


Si un homme a du chagrin (ouais ouais ouais, un homme ça a du chagrin même si vu de l'extérieur il se marre. Surtout, s'il se marre...), ce n'est pas tant d'avoir perdu des femmes dans sa vie, c'est de na pas avoir trouvé la stabilité, l'apaisement, la sérénité du vieil arbre qui a reçu le temps de pousser dans son pré, de grandir peinard de printemps en printemps, de s'enraciner toujours plus profondément dans une terre qui, au fil des saisons, est devenue sienne. Il existe des hommes qui, à chaque fois qu'ils ont cru pouvoir déployer leurs racines, se sont vus arrachés par l'un ou l'autre orage. Et qui se retrouvent à chaque fois à la case départ. Avec un déjà-vu, un déjà-vécu, exactement comme autant d'années auparavant. Avec cette différence, qu'ils ont aujourd'hui autant d'années de plus. Qu'ils ont pris de la bouteille. Que leurs cheveux se sont fait la malle. Qu'ils ont mal aux dents. Ah oui, je vous l'avais déjà dit? Je me sens un peu vieux, ces jours-ci.

arbre_tombe_1

PS: Demain l'homme emménage pour un mois dans son apparthotel, en attendant son appartement définitif. Un peu comme le mec dans sa navette, suspendu dans le vide avant de débarquer dans la station spatiale. Ce matin il s'est donc tapé l'Inno vite fait pour s'acheter un tout nouveau peignoir, XL, deux fois trop grand, bien chaud et bien douillet, et ensuite la Fnac pour quelques bons bouquins, question de se tenir le corps, l'âme et le coeur bien au chaud pendant les longues soirées de novembre. Et si d'aventure vous ne voyiez rien paraître sur le blog pendant quelques jours c'est que l'homme a un problème d'internet (ou qu'il est tellement dépri ou alcoolisé ou abruti - voire les trois à la fois - qu'il n'en a plus rien à cirer. Mais ça m'étonnerait, puisque toute fin est un nouveau début, que demain est le premier jour de ma nouvelle vie etc etc bla bla bla...). Allez, en voiture et à la vôtre.

  

21:18 | Commentaires (0) |

30/10/2007

Peur pour elle

k473dzAS
 

Pour l'instant elle est encore trop occupée à se trouver irrésisitible (faut dire qu'elle est belle), invincible (faut dire qu'elle a du caractère) et intouchable (même si tout chez elle y incite) pour se rendre compte des dégâts de la séparation. Et pas seulement côté coeur, solitude et bla bla bla. Aussi côté pratique: se taper le Delhaize, la popote, la vaisselle, le train, le boulot et autres joyeusetés du même style, en solo, c'est pas vraiment un mieux. D'accord, c'est un rien terre à terre comme niveau mais n'empêche... Non, pour le moment elle vit sa vie. Pour vendredi prochain elle a déjà programmé une descente avenue Louise avec petite halte à l'Exki et bouffe à la taverne Copenhague. Pas de soucis, quoi. Vive la liberté! Moi, le mur qui me guette là, au bout du virage, je l'ai repéré depuis longtemps et j'essaie de l'éviter. Même que je ne suis pas sûr du tout d'y réussir. Elle, le mur, elle ne le voit même pas. Demain est notre dernier jour et j'ai peur pour elle (A moins que je ne sois un de ces cons qui se croient irremplaçables pour une femme. Possible...).        

16:13 | Commentaires (0) |

29/10/2007

Sombrer, mais en beauté

naamloos


Un homme c'est têtu. Quand il a décidé de partir le 1er novembre, il part le 1er novembre, point à la ligne. Le problème c'est que mon appart n'est libre que le 1er décembre. Mais qu'importe, on va pas se laisser abattre pour autant et on passe directement au plan B : louer pour un mois un machin meublé dans un apparthotel. D'accord, ça coûte la peau des fesses, mais d'un autre côté, on vient nettoyer, changer les draps, les essuis etc. Un peu comme à l'hôtel quoi. Et puis, s'il faut sombrer, autant que ce soit avec panache, en beauté. Et s'il y a moyen, hilare.

21:20 | Commentaires (1) |

28/10/2007

Avalanche

avalanche-canada
 

Un homme sur le départ, ça dort pas. Trop de trucs à gérer, à digérer. D'abord la séparation et cette terrifiante impression, non, certitude de commettre une erreur atroce. Et d'être le seul à le savoir. Pour l'instant. Car elle, elle plane, convaincue que tout sera mieux, pour tous les deux. A moins qu'elle joue, que son insouciance c'est parce qu'elle a tout simplement un autre mec et qu'elle espère adoucir la pillule en me sortant en douceur. M'étonnerait pas. Mais c'est pas ça qui m'empêche de dormir. C'est tout le bordel autour: me taper Ikéa pour acheter les meubles, le Brico pour acheter les tourne-vis pour les monter, les meubles, trimballer les caisses avec mes paperasses pour les mettre dedans, dans les meubles, le Delhaize pour pouvoir bouffer une fois que j'y serai, dans mes meubles, Coditel ou Brutélé pour connecter ma télé que je mettrai là, sur le meuble... Bref, je vois déjà l'avalanche débouler à fond la caisse. Va falloir rester debout. 

17:27 | Commentaires (1) |

27/10/2007

Norah Jones

Un petit coup de Norah Jones, ce samedi soir...

23:02 | Commentaires (0) |

Terre, terre

vigie

Cette fois ça y est: Un Homme a trouvé un appartement. J'ai écrit délibérément Un Homme avec des majuscules, Un étant le prénom (un parmi les autres, mais aussi, comme chacun, différent des autres) et Homme étant le nom (homme avec tout ce qu'il a de bon et de mauvais). C'est clair, trouver un appartement ou une maison, c'est une question de coup de coeur. On aime ou on n'aime pas. Comme avec une femme. Avec cette différence, qu'un appartement ça reste. Evidemment j'ai dû sortir de Bruxelles mais à 30 bornes on trouve encore du beau et du calme et du vert à des prix humains. Et content, qu'il est, l'homme. Ah décidément, il n'y a pas que le cafard dans la vie, hein? Tout guilleret qu'il en est devenu, le gars.   

15:07 | Commentaires (0) |

26/10/2007

Echelle de Richter

renass
 

Sur l'échelle de Richter de mes séismes sentimentaux, elle doit être en bonne place, la secousse que je viens de prendre. Même si sur ce coup, je n'étais pas pile au-dessus de l'épicentre, comme la première fois qu'on ma plaqué. Là, le cataclysme était total. Pompeï au carré. Prêt à sauter par la fenêtre, qu'il était le mec. Faut dire que j'étais jeune, et quand on est jeune on croit que tout est éternel, surtout l'amour. En vieillissant, on apprends qu'au contraire tout est temporaire. En premier lieu la vie elle-même. Alors l'amour, vous pensez... Et si aujourd'hui je devais sauter par la fenêtre ce serait celle du rez-de-chaussée. Et encore... Mais si ce soir une certaine dérision se fait maître de moi, qu'en sera t'il demain?           

21:49 | Commentaires (0) |